La Rochefoucauld

   
 

Câu 401-504

401 ---

 

L'élévation est au mérite ce que la parure est aux belles personnes.

 

--- 402 ---

 

Ce qui se trouve le moins dans la galanterie, c'est de l'amour.

 

--- 403 ---

 

La fortune se sert quelquefois de nos défauts pour nous élever, et il y a des gens incommodes dont le mérite serait mal récompensé si on ne voulait acheter leur absence.

 

--- 404 ---

 

Il semble que la nature ait caché dans le fond de notre esprit des talents et une habileté que nous ne connaissons pas; les passions seules ont le droit de les mettre au jour, et de nous donner quelquefois des vues plus certaines et plus achevées que l'art ne saurait faire.

 

--- 405 ---

 

Nous arrivons tout nouveaux aux divers âges de la vie, et nous y manquons souvent d'expérience malgré le nombre des années.

 

--- 406 ---

 

Les coquettes se font honneur d'être jalouses de leurs amants, pour cacher qu'elles sont envieuses des autres femmes.

 

--- 407 ---

 

Il s'en faut bien que ceux qui s'attrapent à nos finesses ne nous paraissent aussi ridicules que nous nous le paraissons à nous-mêmes quand les finesses des autres nous ont attrapés.

 

--- 408 ---

 

Le plus dangereux ridicule des vieilles personnes qui ont été aimables, c'est d'oublier qu'elles ne le sont plus.

 

--- 409 ---

 

Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent.

 

--- 410 ---

 

Le plus grand effort de l'amitié n'est pas de montrer nos défauts à un ami; c'est de lui faire voir les siens.

 

--- 411 ---

 

On n'a guère de défauts qui ne soient plus pardonnables que les moyens dont on se sert pour les cacher

 

--- 412 ---

 

Quelque honte que nous ayons méritée, il est presque toujours en notre pouvoir de rétablir notre réputation.

 

--- 413 ---

 

On ne plaît pas longtemps quand on n'a que d'une sorte d'esprit.

 

--- 414 ---

 

Les fous et les sottes gens ne voient que par leur humeur.

 

--- 415 ---

 

L'esprit nous sert quelquefois à faire hardiment des sottises.

 

--- 416 ---

 

La vivacité qui augmente en vieillissant ne va pas loin de la folie.

 

--- 417 ---

 

En amour celui qui est guéri le premier est toujours le mieux guéri.

 

--- 418 ---

 

Les jeunes femmes qui ne veulent point paraître coquettes, et les hommes d'un âge avancé qui ne veulent pas être ridicules, ne doivent jamais parler de l'amour comme d'une chose où ils puissent avoir part.

 

--- 419 ---

 

Nous pouvons paraître grands dans un emploi au-dessous de notre mérite, mais nous paraissons souvent petits dans un emploi plus grand que nous.

 

--- 420 ---

 

Nous croyons souvent avoir de la constance dans les malheurs, lorsque nous n'avons que de l'abattement, et nous les souffrons sans oser les regarder comme les poltrons se laissent tuer de peur de se défendre.

 

--- 421 ---

 

La confiance fournit plus à la conversation que I 'esprit.

 

--- 422 ---

 

Toutes les passions nous font faire des fautes, mais l'amour nous en fait faire de plus ridicules.

 

--- 423 ---

 

Peu de gens savent être vieux.

 

--- 424 ---

 

Nous nous faisons honneur des défauts opposés à ceux que nous avons: quand nous sommes faibles, nous nous vantons d'être opiniâtres.

 

--- 425 ---

 

La pénétration a un air de deviner qui flatte plus notre vanité que toutes les autres qualités de l'esprit.

 

--- 426 ---

 

La grâce de la nouveauté et la longue habitude, quelque opposées qu'elles soient, nous empêchent également de sentir les défauts de nos amis.

 

--- 427 ---

 

La plupart des amis dégoûtent de l'amitié, et la plupart des dévots dégoûtent de la dévotion.

 

--- 428 ---

 

Nous pardonnons aisément à nos amis les défauts qui ne nous regardent pas

 

--- 429 ---

 

Les femmes qui aiment pardonnent plus aisément les grandes indiscrétions que les petites infidélités.

 

--- 430 ---

 

Dans la vieillesse de l'amour comme dans celle de l'âge on vit encore pour les maux, mais on ne vit plus pour les plaisirs.

 

--- 431 ---

 

Rien n'empêche tant d'être naturel que l'envie de le paraître.

 

--- 432 ---

 

C'est en quelque sorte se donner part aux belles actions, que de les louer de bon coeur.

 

--- 433 ---

 

La plus véritable marque d'être né avec de grandes qualités, c'est d'être né sans envie.

 

--- 434 ---

 

Quand nos amis nous ont trompés, on ne doit que de l'indifférence aux marques de leur amitié, mais on doit toujours de la sensibilité à leurs malheurs.

 

--- 435 ---

 

La fortune et l'humeur gouvernent le monde.

 

--- 436 ---

 

Il est plus aisé de connaître l'homme en général que de connaître un homme en particulier.

 

--- 437 ---

 

On ne doit pas juger du mérite d'un homme par ses grandes qualités, mais par l'usage qu'il en sait faire.

 

--- 438 ---

 

Il y a une certaine reconnaissance vive qui ne nous acquitte pas seulement des bienfaits que nous avons reçus, mais qui fait même que nos amis nous doivent en leur payant ce que nous leur devons.

 

--- 439 ---

 

Nous ne désirerions guère de choses avec ardeur, si nous connaissions parfaitement ce que nous désirons.

 

--- 440 ---

 

Ce qui fait que la plupart des femmes sont peu touchées de l'amitié, c'est qu'elle est fade quand on a senti de l'amour.

 

--- 441 ---

 

Dans l'amitié comme dans l'amour on est souvent plus heureux par les choses qu'on ignore que par celles que l'on sait.

 

--- 442 ---

 

Nous essayons de nous faire honneur des défauts que nous ne voulons pas corriger.

 

--- 443 ---

 

Les passions les plus violentes nous laissent quelquefois du relâche, mais la vanité nous agite toujours.

 

--- 444 ---

 

Les vieux fous sont plus fous que les jeunes.

 

--- 445 ---

 

La faiblesse est plus opposée à la vertu que le vice.

 

--- 446 ---

 

Ce qui rend les douleurs de la honte et de la jalousie si aiguës, c'est que la vanité ne peut servir à les supporter.

 

--- 447 ---

 

La bienséance est la moindre de toutes les lois, et la plus suivie.

 

--- 448 ---

 

Un esprit droit a moins de peine de se soumettre aux esprits de travers que de les conduire.

 

--- 449 ---

 

Lorsque la fortune nous surprend en nous donnant une grande place sans nous y avoir conduits par degrés, ou sans que nous nous y soyons élevés par nos espérances, il est presque impossible de s'y bien soutenir, et de paraître digne de l'occuper.

 

--- 450 ---

 

Notre orgueil s'augmente souvent de ce que nous retranchons de nos autres défauts.

 

--- 451 ---

 

Il n'y a point de sots si incommodes que ceux qui ont de l'esprit.

 

--- 452 ---

 

Il n'y a point d'homme qui se croie en chacune de ses qualités au-dessous de l'homme du monde qu'il estime le plus.

 

--- 453 ---

 

Dans les grandes affaires on doit moins s'appliquer à faire naître des occasions qu'à profiter de celles qui se présentent.

 

--- 454 ---

 

Il n'y a guère d'occasion où l'on fit un méchant marche de renoncer au bien qu'on dit de nous, à condition de n'en dire point de mal.

 

--- 455 ---

 

Quelque disposition qu'ait le monde à mal juger, il fait encore plus souvent grâce au faux mérite qu'il ne fait injustice au véritable.

 

--- 456 ---

 

On est quelquefois un sot avec de l'esprit, mais on ne l'est jamais avec du jugement.

 

--- 457 ---

 

Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes, que d'essayer de paraître ce que nous ne sommes pas.

 

--- 458 ---

 

Nos ennemis approchent plus de la vérité dans les jugements qu'ils font de nous que nous n'en approchons nous-mêmes.

 

--- 459 ---

 

Il y a plusieurs remèdes qui guérissent de l'amour, mais il n'y en a point d'infaillibles.

 

--- 460 ---

 

Il s'en faut bien que nous connaissions tout ce que nos passions nous font faire.

 

--- 461 ---

 

La vieillesse est un tyran qui défend sur peine de la vie tous les plaisirs de la jeunesse.

 

--- 462 ---

 

Le même orgueil qui nous fait blâmer les défauts dont nous nous croyons exempts, nous porte à mépriser les bonnes qualités que nous n'avons pas.

 

--- 463 ---

 

Il y a souvent plus d'orgueil que de bonté à plaindre les malheurs de nos ennemis; c'est pour leur faire sentir que nous sommes au-dessus d'eux que nous leur donnons des marques de compassion.

 

--- 464 ---

 

Il y a un excès de biens et de maux qui passe notre sensibilité.

 

--- 465 ---

 

Il s'en faut bien que l'innocence ne trouve autant de protection que le crime.

 

--- 466 ---

 

De toutes les passions violentes, celle qui sied le moins mal aux femmes, c'est l'amour.

 

--- 467 ---

 

La vanité nous fait faire plus de choses contre notre goût que la raison.

 

--- 468 ---

 

Il y a de méchantes qualités qui font de grands talents.

 

--- 469 ---

 

On ne souhaite jamais ardemment ce qu'on ne souhaite que par raison.

 

--- 470 ---

 

Toutes nos qualités sont incertaines et douteuses en bien comme en mal, et elles sont presque toutes à la merci des occasions.

 

--- 471 ---

 

Dans les premières passions les femmes aiment l'amant, et dans les autres elles aiment l'amour.

 

--- 472 ---

 

L'orgueil a ses bizarreries, comme les autres passions; on a honte d'avouer que l'on ait de la jalousie, et on se fait honneur d'en avoir eu, et d'être capable d'en avoir.

 

--- 473 ---

 

Quelque rare que soit le véritable amour, il l'est encore moins que la véritable amitié.

 

--- 474 ---

 

Il y a peu de femmes dont le mérite dure plus que la beauté.

 

--- 475 ---

 

L'envie d'être plaint, ou d'être admire, fait souvent la plus grande partie de notre confiance.

 

--- 476 ---

 

Notre envie dure toujours plus longtemps que le bonheur de ceux que nous envions.

 

--- 477 ---

 

La même fermeté qui sert à résister à l'amour sert aussi a le rendre violent et durable, et les personnes faibles qui sont toujours agitées des passions n'en sont presque jamais véritablement remplies.

 

--- 478 ---

 

L'imagination ne saurait inventer tant de diverses contrariétés qu'il y en a naturellement dans le coeur de chaque personne.

 

--- 479 ---

 

Il n'y a que les personnes qui ont de la fermeté qui puissent avoir une véritable douceur; celles qui paraissent douces n'ont d'ordinaire que de la faiblesse, qui se convertit aisément en aigreur.

 

--- 480 ---

 

La timidité est un défaut dont il est dangereux de reprendre les personnes qu'on en veut corriger.

 

--- 481 ---

 

Rien n'est plus rare que la véritable bonté; ceux mêmes qui croient en avoir n'ont d'ordinaire que de la complaisance ou de la faiblesse.

 

--- 482 ---

 

L'esprit s'attache par paresse et par constance à ce qui lui est facile ou agréable; cette habitude met toujours des bornes à nos connaissances, et jamais personne ne s'est donné la peine d'étendre et de conduire son esprit aussi loin qu'il pourrait aller.

 

--- 483 ---

 

On est d'ordinaire plus médisant par vanité que par malice.

 

--- 484 ---

 

Quand on a le coeur encore agité par les restes d'une passion, on est plus près d'en prendre une nouvelle que quand on est entièrement guéri.

 

--- 485 ---

 

Ceux qui ont eu de grandes passions se trouvent toute leur vie heureux, et malheureux, d'en être guéris.

 

--- 486 ---

 

Il y a encore plus de gens sans intérêt que sans envie.

 

--- 487 ---

 

Nous avons plus de paresse dans l'esprit que dans le corps.

 

--- 488 ---

 

Le calme ou l'agitation de notre humeur ne dépend pas tant de ce qui nous arrive de plus considérable dans la vie, que d'un arrangement commode ou désagréable de petites choses qui arrivent tous les jours.

 

--- 489 ---

 

Quelque méchants que soient les hommes, ils n'oseraient paraître ennemis de la vertu, et lorsqu'ils la veulent persécuter, ils feignent de croire qu'elle est fausse ou ils lui supposent des crimes.

 

--- 490 ---

 

On passe souvent de l'amour à l'ambition, mais on ne revient guère de l'ambition à l'amour.

 

--- 491 ---

 

L'extrême avarice se méprend presque toujours; il n'y a point de passion qui s'éloigne plus souvent de son but, ni sur qui le présent ait tant de pouvoir au préjudice de l'avenir.

 

--- 492 ---

 

L'avarice produit souvent des effets contraires; il y a un nombre infini de gens qui sacrifient tout leur bien à des espérances douteuses et éloignées, d'autres méprisent de grands avantages à venir pour de petits intérêts présents.

 

--- 493 ---

 

Il semble que les hommes ne se trouvent pas assez de défauts; ils en augmentent encore le nombre par de certaines qualités singulières dont ils affectent de se parer, et ils les cultivent avec tant de soin qu'elles deviennent à la fin des défauts naturels, qu'il ne dépend plus d'eux de corriger.

 

--- 494 ---

 

Ce qui fait voir que les hommes connaissent mieux leurs fautes qu'on ne pense, c'est qu'ils n'ont jamais tort quand on les entend parler de leur conduite: le même amour-propre qui les aveugle d'ordinaire les éclaire alors, et leur donne des vues si justes qu'il leur fait supprimer ou déguiser les moindres choses qui peuvent être condamnées

 

--- 495 ---

 

Il faut que les jeunes gens qui entrent dans le monde soient honteux ou étourdis: un air capable et composé se tourne d'ordinaire en impertinence.

 

--- 496 ---

 

Les querelles ne dureraient pas longtemps, si le tort n'était que d'un côté.

 

--- 497 ---

 

Il ne sert de rien d'être jeune sans être belle, ni d'être belle sans être jeune.

 

--- 498 ---

 

Il y a des personnes si légères et si frivoles qu'elles sont aussi éloignées d'avoir de véritables défauts que des qualités solides.

 

--- 499 ---

 

On ne compte d'ordinaire la première galanterie des femmes que lorsqu'elles en ont une seconde.

 

--- 500 ---

 

Il y a des gens si remplis d'eux-mêmes que, lorsqu'ils sont amoureux, ils trouvent moyen d'être occupés de leur passion sans l'être de la personne qu'ils aiment.

 

--- 501 ---

 

L'amour, tout agréable qu'il est, plaît encore plus par les manières dont il se montre que par lui-même.

 

--- 502 ---

 

Peu d'esprit avec de la droiture ennuie moins, à la longue, que beaucoup d'esprit avec du travers.

 

--- 503 ---

 

La jalousie est le plus grand de tous les maux, et celui qui fait le moins de pitié aux personnes qui le causent.

 

--- 504 ---

 

Après avoir parlé de la fausseté de tant de vertus apparentes, il est raisonnable de dire quelque chose de la fausseté du mépris de la mort. J'entends parler de ce mépris de la mort que les païens se vantent de tirer de leurs propres forces, sans l'espérance d'une meilleure vie. Il y a différence entre souffrir la mort constamment, et la mépriser Le premier est assez ordinaire; mais je crois que l'autre n'est jamais sincère. On a écrit néanmoins tout ce qui peut le plus persuader que la mort n'est point un mal; et les hommes les plus faibles aussi bien que les héros ont donné mille exemples célèbres pour établir cette opinion. Cependant je doute que personne de bon sens l'ait jamais cru; et la peine que l'on prend pour le persuader aux autres et à soi-même fait assez voir que cette entreprise n'est pas aisée. On peut avoir divers sujets de dégoût dans la vie, mais on n'a jamais raison de mépriser la mort; ceux mêmes qui se la donnent volontairement ne la comptent pas pour si peu de chose, et ils s'en étonnent et la rejettent comme les autres, lorsqu'elle vient à eux par une autre voie que celle qu'ils ont choisie. L'inégalité que l'on remarque dans le courage d'un nombre infini de vaillants hommes vient de ce que la mort se découvre différemment à leur imagination, et y paraît plus présente en un temps qu'en un autre. Ainsi il arrive qu'après avoir méprisé ce qu'ils ne connaissent pas, ils craignent enfin ce qu'ils connaissent. Il faut éviter de l'envisager avec toutes ses circonstances, si on ne veut pas croire qu'elle soit le plus grand de tous les maux. Les plus habiles et les plus braves sont ceux qui prennent de plus honnêtes prétextes pour s'empêcher de la considérer. Mais tout homme qui la sait voir telle qu'elle est, trouve que c'est une chose épouvantable. La nécessité de mourir faisait toute la constance des philosophes. Ils croyaient qu'il fallait aller de bonne grâce où l'on ne saurait s'empêcher d'aller; et, ne pouvant éterniser leur vie, il n'y avait rien qu'ils ne fissent pour éterniser leur réputation, et sauver du naufrage ce qui n'en peut être garanti. Contentons-nous pour faire bonne mine de ne nous pas dire à nous-mêmes tout ce que nous en pensons, et espérons plus de notre tempérament que de ces faibles raisonnements qui nous font croire que nous pouvons approcher de la mort avec indifférence. La gloire de mourir avec fermeté, l'espérance d'être regretté, le désir de laisser une belle réputation, l'assurance d'être affranchi des misères de la vie, et de ne dépendre plus des caprices de la fortune, sont des remèdes qu'on ne doit pas rejeter. Mais on ne doit pas croire aussi qu'ils soient infaillibles. Ils font pour nous assurer ce qu'une simple haie fait souvent à la guerre pour assurer ceux qui doivent approcher d'un lieu d'où l'on tire. Quand on en est éloigné, on s'imagine qu'elle peut mettre à couvert; mais quand on en est proche, on trouve que c'est un faible secours. C'est nous flatter, de croire que la mort nous paraisse de près ce que nous en avons jugé de loin, et que nos sentiments, qui ne sont que faiblesse, soient d'une trempe assez forte pour ne point souffrir d'atteinte par la plus rude de toutes les épreuves. C'est aussi mal connaître les effets de l'amour-propre, que de penser qu'il puisse nous aider à compter pour rien ce qui le doit nécessairement détruire, et la raison, dans laquelle on croit trouver tant de ressources, est trop faible en cette rencontre pour nous persuader ce que nous voulons. C'est elle au contraire qui nous trahit le plus souvent, et qui, au lieu de nous inspirer le mépris de la mort, sert à nous découvrir ce qu'elle a d'affreux et de terrible. Tout ce qu'elle peut faire pour nous est de nous conseiller d'en détourner les yeux pour les arrêter sur d'autres objets. Caton et Brutus en choisirent d'illustres. Un laquais se contenta il y a quelque temps de danser sur l'échafaud où il allait être roué. Ainsi, bien que les motifs soient différents, ils produisent les mêmes effets De sorte qu'il est vrai que, quelque disproportion qu'il y ait entre les grands hommes et les gens du commun, on a vu mille fois les uns et les autres recevoir la mort d'un même visage; mais ça a toujours été avec cette différence que, dans le mépris que les grands hommes font paraître pour la mort, c'est l'amour de la gloire qui leur en ôte la vue, et dans les gens du commun ce n'est qu'un effet de leur peu de lumière qui les empêche de connaître la grandeur de leur mal et leur laisse la liberté de penser à autre chose.